liquidambar

Généralités

Découvert au Mexique, les espagnols donnèrent à cet arbre le nom de " Liquidambar " ou ambre liquide, en le ramenant en Europe en 1681.

famille

hamamelidaceae

La plus connune et la plus rustique est  " Liquidambar Styraciflua".Ce nom latin désignant le styrax liquide,on comprend que le Liquidambar stryraciflua ou ambre liquide - stryrax liquide est décidément un arbre balsamique ; déjà le parfum d'encens de ses feuilles  froissées en témoigne mais aussi sa sève qui fut utilisée en médecine et en parfumerie.

Le genre est composé de seulement 4 espèces, spécifiques des régions chaudes d' Asie et d'Amérique du nord.

Ce sont des arbres à feuilles caduques,a 3-7 lobes, dentelées , très semblables à celles de l'érable à cette différence près: les feuilles des érables sont toujours opposées, celle du Liquidambar sont alternes.

Les fleurs sont insignifiantes, les fruits sont des capsules brunes hérissées comme les fruits du platanes.

Le succès du Liquidambar vient surtout de ses colorations automnales extraordinaires: sur la même feuille figure parfois toute une palette  de tons dégradés passant du jaune vif au rose, pourpre et noir.

Son écorce rougeâtre sillonnée de crevasses ne manque pas non plus  d'intérêt,ainsi que les crêtes liègeuses qui se forment assez rapidement sur le tronc et les plus forte branches. En Europe, cet arbre, dénommé aussi "Copalme d'Amérique", n' atteint pas en culture que 20 à 25 mètres. 

On le dit sensible aux  grands froids.En fait, sa rusticité est plutôt bonne ,le probléme de sa culture vient du fait que, dans son aire d'origine, il vit volontiers au bord der l'eau,et que dans de tels sols, il risque de geler dans les régions les plus froides d'Europe.

En culture bonsaï, ce problème ne devrait pas se poser, il suffira de réduire les arrosages en hiver. 

 

 

Sujet de départ

Le Liquidambar est une des espèces qui présente le plus de qualités pour la culture en bonsaï , mais il reste néanmoins assez cultivé, car ses nombreux avantages s' acconpagnent aussi de quelques inconvénients, comme par exemple la difficulté de le mutiplier, surtout par voie végétative Il semble en effet très difficile, sinon impossible, de réussir une bouture, et, à moins qu'un lecteur plus chanceux vienne démentir ce propos, il est préférable de renoncer à cette méthode. le marcottage est possible, mais très long,il faut parfois attendre au moins deux ans avant qu'apparaissent les premiéres racines.

Le prélèvement en nature étant hasardeux, restent deux solution:l'achat d'un plant en pépiniére ( mais les arbres vendus sont généralement déjà trop hauts et trop forts pour notre cause),ou bien le semis qui est, en fin de compte, le meilleur moyen de propagation.Pour ceux que le semis rebute, jugeant la méthode trop longue, voici la remarque d'un ami pépinièriste à qui je demandais s'il avait essayé de bouturer du liquidanmbar:

-" Cela ne m'intéresse pas car le jeune plant issu de graine vient très bien, il est vigoureux et de croissance rapide, et je doute que l'on puisse obtenir d'aussi bon résultats à partir d'une bouture."Il est vrai que certains arbres, comme le Gingko par exemple, omt une croissance de type exponentielle, qui provoque chaque année une croissance meilleure que l'année précédente.Le liquidambar, pour sa part, réagit inversement, sa croissance est très rapide dans les premières années, puis se calme par la suite.Si, en partant d'un semis, on met à profit cette vigueur initiale, on peut obtenir des résultats assez surprenants en très peu de temps.

Reste à se procurer des graines! Celles provenant d'arbres poussant en région froide sont considérées comme étant de mauvaise qualité. Voir avec des grainetiers comme "les semances du Puy".

Opérations de taille:

On retiendra avant tout que le liquidambar produit des feuilles alternes et non opposées comme chez l'érable, par conséquent, il n'y aura pas lieu d'être aussi sélectif, puisque sur chaque branche, les pousses se succèdent en harmonie sans créer de fourches. Il faudra toutefois supprimer immédiatement toutes les pousses qui naissent sur le dessus des branches latérales, et qui ont tendance à évoluer verticalement.Celles qui naissent sur le côté des branches sont les meilleures, celles qui naissent sous le dessous , et qui, elles aussi , ont tendance à rester verticales, peuvent être ramenées à l'horizontale par ligatures.

Les pincements:

Les pincements précoces doivent être évités, sauf pour les pousses non désirées: ascendantes,verticales, ou naissant sur le tronc à la base d'une forte branche, ou sur la cime lorsque celle-ci est déjà suffisamment garnie. Dans ce cas; c'est l'ensemble de la pousse qu'il faudra supprimer au plus tôt. Dans le cas des branches à conserver, il faut toujours préférer la taille aux pincements( c'est à dire attendre que les nouvelles pousses aient suffisament durci, avant d'y toucher).

La taille:

Vers fin juin, les nouvelles pousses peuvent être taillées à 2,3,ou 4 feuiilles selon la longueur désirée; Il se reproduira de nouvelles pousses au court de l'été, qui pourront subir le même sort.Mais attention à l'aoûtement, les pousses tardives doivent avoir le temps de se fortifier avant l'hiver.

Une taille de structure peut-être envisagée à la fin de l'automne, mais ici encore, il est préférable d'attendre le printemps suivant, car les plaies de taille sont sensibles aux chancres et au froid. Mastiquez, de toutes façons, systématiquement toutes les plaies effectuées sur cette espèce, et en toute saison.

Défoliation ou exfoliation:

Le liquidambar réagit très bien aux techniques d'exfoliations,mais pendant les 5 premières années de culture, les feuilles renouvelées sont aussi grandes et diproportionnées que la première.

L'intérêt de l'exfoliation dans ces premières années réside toutefois dans une amélioration des couleurs automnales ( plus les feuilles sont jeunes, plus les couleurs sont vives ) et dans une accélération de la ramification.

En supprimant l'ensemble du feuillage de l'arbre au début de l'été, on premet à un certain nombre de bourgeons latéraux de se développer puisqu'il reçoivent, alors suffisamment d'air et de lumière. Si l'arbre n'est pas exfolié, ces mêmes bourgeons, dans l'obscurité du feuillage compact, vont dépérir, ce qui compromettra la ramification future de l'arbre.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site