Un peu de botanique

 Le bonsaï : avant tout un être vivant !

   Apprendre à appeler les plantes par leurs noms

 Pour pouvoir communiquer, il faut utiliser un vocabulaire et des termes identiques et appropriés.Si le vocabulaire botanique parait à priori rébarbatif, il est cependant indispensable non seulement pour la description de la plante, mais surtout simplement pour pouvoir l'appeler par son nom.

   Le nom des plantes

L' appellation d' une plante prête souvent à confusion, car outre son nom français, national, la plante a parfois des synonymes régionaux, voire locaux, ce qui est souvent causes d'interprétations variées ou d'erreurs importantes.

C' est pourquoi, le latin, langue morte, mais largement pratiquée par les milieux scientifiques jusqu'au xxè siècle a été retenu comme langue unique internationale pour fixer le nom de tous les êtres vivants ( animaux, végétaux, champignons et bactéries ). Cela demandeun petit effort de mémoire mais cela simplifie bien les choses, car au moins dans n'importe quel pays, on sait que l'on parle de la même chose.

Le nom des plantes : exemple du pommier.

Chaque plante a donc son nom latin qui est décomposé en deux parties :

  - le nom de genre : Malus - pommier

  - le nom d'espèce : communis - commun.

Le nom de genre s'écrit avec une majuscucle, le d'espèce en minuscule. Souvent, surtout pour les espèces horticoles ayant fait l'objet de sélection s'ajoute :

  -le nom de la variété : Reine des Reinettes.

qui caractérise une espèce particulière. Il en est ainsi de toutes les variétés de pommes que nous trouvons sur les marché.

Chaque plante est rattachée à une famille dont le nom est féquemment mentioné, parce que connaitre les caractères de la famille permet de connaître déjà un peu les caractéristique de la plante.( pour le pommier : famille : Rosacées ou Rosaceae.)

Ces caractères sont de deux sortes :

  -morphologiques : qui correspondent aux formes apparentes de la plante(morphologie = étude des formes).

  -physiologiques : c'est l'étude du fonctionnement des organes de la plante.

  Apprendre a connaître l'arbre

Il ne s'agit pas d'entrer ici dans l'étude détaillée de la plante, mais il est indispensable de connaître les différentes parties de la plante et les termes principaux qui la caractérise. Pour bien comprendre comment vit un arbre, et de ce fait pour mieux s'en occuper, il est nécessaire de connaître les principales fonctions vitales et celles de chacune des parties qui la composent.

La plante présente une partie souterraine et une partie aérienne.

 La partie souterraine

Ce sont les racines dont l'ensemble forme le système radiculaire.On distingue la ou les racines principales, les racines secondaires et les radicelles.La racine a une structure différente de la tige et est caractérisée par l'absence de chlorophylle.C'est pourquoi la mise brutale hors de terre d'une racine doit être évitée.

Il faut noter également que dans certains cas, ce que l'on trouve sous terre n'est pas forcément une racine, ainsi le rhizome (fougère, bambou), le tubercule (pomme de terre), le bulbe (tulipe) ne sont pas une racine, mais une tige souterraine sur laquelle se développent les racines.

    Rôle de la racine :

La racine a un rôle multiple :

 -elle fixe la plante au sol. L'ancrage de la plante dépend du volume de l'arbre; (dans la nature, à l'inverse du bonsaï, le volume du système radiculaire est supérieur au volume de la partie aérienne) on compte environ 1 fois et demi du volume aérien, le sol exploré par les racines, mais cela dépend bien sûr des conditions de milieu(vent, perméabilité du sol).

 -elle pompe l'eau et les sels minéraux dissous nécessaire à la croissance de la plante, rôle essentiel qui conditionne la survie de la plante.

 -elle respire, ce que l'on ignore trop souvent.

Mise à part les plantes aquatiques qui peuvent vivre dans un milieu totalement anaérobie(c'est à dire privé d'air mais pas d'oxygène), 

les racines respirent et ont besoin d'air ; c'est pourquoi un sol trop compact ou un excès d'arrosage et souvent à l'origine de la mort de la plante par asphyxie des racines qui pourrissent et ne peuvent plus remplir leur rôle.

La partie aérienne

 La partie aérienne est par définition ce que l'on voit de la plante hors du sol. On distinge :

      LE COLLET

 Le collet est cette partie située au ras du sol par où la plante semble fixée. Le collet est trés important : toutes les racines y convergent ainsi que toutes les tiges. C'est le point de passage obligé de la circulation de la sève, le point d'attache au sol. Il y a à ce niveau une transposition des tissus ligneux de la racine vers la tige, qui fait que le collet d' un arbre ne doit pas être ni profondément enterré, ni trop dégagé. Il est possible dans le travail du bonsaï de dégager le collet pour avoir une belle image du départ des racines. Cela doit toujours être fait progressivement en évitant l'exposition brutale au soleil, car les racines changent de structure.

       LA TIGE

 Une jeune tige est verte et s'élève toujours à la verticale. Chez l'arbre, cette tige s'entoure très vite d'une écorce subéreuse(ou liege) plus ou moins épaisse, destinée à la protéger contre le froid, la sécheresse ou les accidents naturels. On distingue la tige principale qui se divise en tiges secondaires ou rameaux ; chez l'arbre, c'est le tronc avec ses branches.

La tige s'appelle stipe chez le palmier, liane pour une tige grimpante, rhyzome dans le cas d'une tige rampante(pour le fraisier c'est le stolon), chaume pour les céréales et les graminées, tubercule pour la pomme de terre et bulbe pour le tulipe(dans les deux derniers cas il s'agit de tiges souterraines).

    Rôle de la tige :

 Le rôle de la tige est double :

 - elle a tout d'abord une fonction de support qui devient très important chez l'arbre du fait du poids de la ramure. Ce rôle de support est essentiellement assuré par le bois(ou coeur).

 - elle a ensuite un rôle de transport de la sève, sève brute(eau + sels minéreaux) pompée par les racines qui monte vers le feuillage, sève élaborée chargée de sucre qui descend du feuillage vers les racines.

La coupe d'un tronc âgé nous montre trois parties :

-Une partie centrale ou coeur, très dure, marquée par des cercles concemtriques, chaque cercle correspond à une année de vie de l'arbre. C'est le bois mort, âgé où la sève ne circule plus, mais continue de jouer un rôle de support. Certains arbres très vieux et creux vivent très bien sans ce coeur qui a pourri. Ils sont cependant sensibles aux tempêtes et risquent de tomber à tout moment.

-Une partie périphérique plus claire, c'est l'aubier. Cette partie vivante est constituée vers l'intérieur par les vaisseaux du bois qui transportent la sève brute des racines vers les feuilles, vers l'extérieur par le liber qui assure le retour de la sève élaborée des feuilles vers les racines. Quant on coupe une branche au printemps et quelle "pleure", c'est par le bois de l'aubier qu'arrivent les gouttes de sève brute qui s'écoulent.

L'aubier a donc une double fonction, c'est le supportvivant de la plante et le système de transport de la sève des racines vers les feuilles et des feuilles vers les racines.

-Une partie externe ou écorce, très fortement liée d'ailleurs au liber, ce qui fait que lorsque l'on arrache l'écorce d'un arbre, le liber vient avec.

L'écorce a un rôle de protection contre les agents extérieurs(froid, chaleur, animaux). Lorsque l'écorce et le liber d'un arbre sont arrachés sur tout la périphérie de l'arbre, l'arbre peut continuer à vivre un certain temps étant alimenté en sève brute, mais les racines vont disparaître, ne pouvant plus se développer faute de sève élaborée, et l'arbre finira par dessècher.

L'écorce présente toujours à sa surface de petites fentes ou lenticelles qui servent à la respiration et à l'évaporation de l'arbre.Ces lenticelles sont très visibles sur le jeune bois du cerisier par exemple.

   Croissance en épaisseur du tronc.

Le tronc de l'arbre s'épaissit en vieillissant.C'est d'ailleurs ce que l'on recherche pour avoir un bonsaï respectable. Cet épaississement du tronc est causé par deux assises génératrices périphériques.

La première externe se situe dans l'écorce et s'appelle l'assise génératrice subéro-phellodermique.Elle assure le renouvellement de l'écorce qui se desquame(cela est très visible sur le platane par exemple) en vieillissant.

La seconde est l'assise génératrice libéro-ligneuse, c'est le cambium. Elle assure la croissance en épaisseur du tronc en fabricant le bois et le liber.

     LA FEUILLE

 La feuille fait le charme de l'arbre et le caractérise. Elle a une croissance limitée que l'on cherche à réduire au maximum sur le bonsaï.

Une feuille comporte un limbe avec des nervures, un pétiole qui ratache le limbe à la tige et une gaine qui insère le pétiole sur la tige.La forme des feuilles peut être très variée et caractérise la plante qui les porte.On peut trouver différentes formes de feuilles (feuilles simples, feuilles lobées, feuilles composées pennées, feuilles composées palmées).

L'aiguille du pin ou du sapin est une feuille.

La disposition des feuilles sur la tige est importante à conaître.

On distingue les feuilles à disposition alterne, opposée ou verticillée.

La feuille peut subir des modifications importantes.

Elle peut se transformer en vrille(vigne), en écaille(bourgeon), en épine(cactus), en écaille charnue(lis), en pièces florales.

On dit qu'un arbre est à feuilles caduques quant il perd ses feuilles à l'automne. Dans le cas contraire, il est persistant, ce qui est le cas de presque tous les conifères.

 La feuille a un rôle essntiel pour la vie sur la terre. Elle est le siège de l'assimilation chlorophyllienne. Cette fonction est due à la présence d'un pigment vert,la chlorophylle. En outre, elle assure la respiration et la transpiration de la plante. Un arbre adulte évapore ainsi plusieurs centaines de litres d'eau par jour.

                                                 l'assimilation chlorophylliène correspond au processus suivant:

              Sève brute + gaz carbonique de l'air + énergie solaire(lumière et chaleur) sève élaborée + oxygène.

 La sève brute est constituée par l'eau et les sels minéreaux absorbés par les racines.

 La sève élaborée contient des sucres(produits carbonés) fabriqués à partir du gaz carbonique de l'air.

 Ceci nous montre déjà de quoi notre bonsaï va avoir besoin pour vivre et se développer.

      La fleur.

  La fleur est l'organe de reproduction de la plante.

Elle est portée par un pédoncule.

D'une façon générale, les différentes pièces florales sont:

  -le calice constitué par les sépales verts qui protègent la fleur lorsqu'elle est en bouton,

  -la corolle composée de pétales souvent vivement colorés,

  -les étamines ou pièces mâles qui donnent le pollen,

  -le pistil qui surmonte l'ovaire qui en se développant donne le fruit.

 La fécondation est assurée lorsque le pollen passe sur le pistil du fait d'un agent extérieur à la plante(insecte,vent).La fleur fane et l'ovaire qui contient la graine, se développe en donnant le fruit. En principe les deux sexes, se trouvent sur la même fleur ; il peut arriver qu'il y ait des fleurs mâles et des fleurs femelles séparées sur la même plante(cas du noisetier).Dans ce cas,la plante est dite "monoïque". Si les sexes se trouvent sur des plantes séparées et distinctes, les plantes sont "dioïques"(cas du houx)mais cela est rare.

Lorsque sur un bonsaï à fruit(pommier par exemple)on veut obtenir des fruits, il est bien souvent nécessaire de faire soit-même la pollinisation pour obtenir une fructification de l'arbre. Pour cela il faut délicatement prélever avec un pinceau le pollen sur les étamines et les déposer sur le pistil.Cette opération est nécessaire lorsqu'il n'y a pas d'insecte pour assurer la fécondation.

     Le fruit et la graine.

 Lorsque le fruit a grossi et mûri, la graine qui est contenue dans le fruit peut alors assurer la dissémination de l'espèce et le cycle recommencera alors avec la jeune plante. Dans le cas de notre pommier, le fruit est la pomme et la graine le pépin.

  Apprendre a connaître les besoins de la plante

    Le sol.

Le sol est le support de la plante. Il joue donc un rôle essentiel vis-à-vis de celui-ci, mais il n'est ni neutre , ni inerte ; c'est dans le sol que se développent les racines qui y puisent  tous les éléments nécessaires à la croissance et au développement de l'arbre.

Un sol est caractérisé par les éléments qui le composent, à savoir :

 - le sable, particules grossières de 2 mm à 0,02 mm,

 - l'argile, particules très fines inférieures à 0,002 mm,

 - le limon, particules moyennes de 0,02 à 0,002 mm,

 - la matière organique ou humus.

C'est la proportion plus ou moins importante de ces 4 éléments qui déterminera la nature du sol.

  Un sol sableux contient 50 à 80 % de sable.

  Un sol argileux contient 30 à 50 % d'argile et de limon.

  Un sol limoneux contient 10 à 40 % d'argile et de limon.

  Un sol humifère sera très riche en humus, de 30 à 80 % pour les terres de bruyères.

C'est le mélange harmonieux de c'est 4 constituants qui fera la qualité d'un sol.

Si le sol est trop sableux, donc filtrant, il ne retient rien du tout et la plante dessèche. S'il est trop argileux, l'eau ne peut s'écouler et la plante périt par asphyxie de racines. Le sable facilite le drainage, l'argile la rétention de l'eau.

Le sol joue donc un rôle pour la rétention de l'eau et pour l'aération. Il doit être perméable, tout en retenant suffisamment d'eau pour permettre à la plante de puiser ce qui lui est nécessaire pour vivre.

Ce mélange joue aussi un rôle primodial dans l'alimentation de le plante. Il sera en quelque sorte son garde-manger.Ce rôle est parfaitement tenu par un assemblage de matière organique et d'argile qui fixe à la fois les éléments minéreaux nutritifs nécessaire à la plante et l'eau pour dissoudre et mettre en solution ces éléments minéreaux. La vie microbienne y a sa place pour faciliter ce phénomène. Le sol est d'autant plus important que le faible volume de terre utilisé pour les bonsaïs ne permet pas de tâtonnement. Un sol équilibré et bien adapté à chaque espèce de plante est indispensable.

   Les conditions de vie de la plante  

 Pour vivre la plante a besoin d'eau, d'air, de lumière, de chaleur.

Ces 4 éléments sont indissolublement liés, l'absence de l'un eux entraîne la mort de la plante. 

   

                       

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×